Médicaments et aliments : parfois ennemis...

Vous êtes fan du pamplemousse ou de la réglisse ? Des aliments qui possèdent des vertus, mais qui, associés à certains traitements, peuvent produire des effets indésirables… Focus sur les interactions les plus connues.

Attention au pamplemousse

Qu’il soit pressé ou consommé en quartier, le pamplemousse occasionne des effets indésirables s’il est avalé en même temps que deux types de médicaments :
- les immunosuppresseurs : ce traitement qui doit éviter les rejets de greffes ne peut être cumulé au pamplemousse, au risque de provoquer de graves problèmes rénaux ;
- l’anticholestérolémiant : ce médicament qui fait baisser votre taux de cholestérol dans le sang pourrait voir son effet multiplier par quinze s’il était absorbé en même temps que du jus de pamplemousse !
Si vous ne pouvez vraiment pas vous en passer, mangez votre pamplemousse à deux heures d’écart minimum de votre traitement, sans pour autant dépasser la valeur d’un quart de litre de jus par jour.
 

Anti-inflammatoires ? Supprimez les agrumes !

La consommation simultanée d’anti-inflammatoires, ou d’aspirine et de citron, pamplemousse, orange, clémentine ou de nectarine est déconseillée. L’acidité du fruit déclencherait des reflux gastriques, des brûlures d’estomac…

Les anticoagulants n’aiment pas certains légumes verts !

Tous les choux, les brocolis, les épinards, le persil, la laitue sont riches en vitamine K. Puisque le traitement par anticoagulants oraux (antivitamines K) doit aider à fluidifier le sang, il est indispensable de réduire au minimum la consommation de ces aliments (inférieure à une portion par jour). Ces légumes pourraient accroître le risque de formation d’un caillot dans les vaisseaux sanguins.
 

La réglisse interdite aux hypertendus

Vous êtes hypertendu(e) ? La réglisse augmente la pression artérielle. De même, supprimez – ou réduisez considérablement – le sel qui contribuera à aggraver votre hypertension. En parallèle, pensez bien à diminuer les aliments riches en sodium comme les charcuteries, le pain, les plats cuisinés, les fromages.
 

Aucun alcool avec les médicaments

L’alcool augmente les effets des antidépresseurs, antiallergiques, antidouleurs, antitussifs à base de codéine, de neuroleptiques… Il en résulte une somnolence et une diminution de la vigilance, responsables de nombreux accidents de la route.
L’alcool provoque des brûlures d’estomac et des reflux gastriques en cas d’absorption simultanée avec l’ibuprofène ou l’aspirine.

Antibiotiques et café, parfois incompatibles

Certains antibiotiques destinés à traiter les infections urinaires ou l’asthme ne doivent pas être consommés en même temps que le café, le thé ou les boissons riches en caféine, en théine. Ils augmenteraient les effets de la caféine comme les palpitations. En parallèle, les effets indésirables du traitement pourraient être accrus.

Un doute, une interrogation ? Consultez le site www.sante.gouv.fr.