À quoi sert la médecine scolaire ?

« On a découvert la scoliose d’Enzo à l’école. » « Lou va devoir porter des lunettes d’après la médecine scolaire. » Même s’ils rencontrent en moyenne près de 6 000 élèves par an, les médecins scolaires représentent une profession encore méconnue. Sous ce vocable, que se cache-t-il exactement ?

La médecine scolaire qu’est-ce que c’est ?


Dès l’entrée à l’école, les enfants sont suivis par la médecine scolaire. Le premier bilan obligatoire est en effet effectué vers l’âge de 6 ans. Son but ? Dépister les problèmes de vue, de langage ou même les difficultés comportementales. Les prochains bilans sont ensuite effectués notamment lors de l’orientation scolaire ou professionnelle.
 

Hygiène bucco-dentaire, équilibre alimentaire, maltraitance, puberté, sexualité, tabagisme, drogues… L’équipe médico-scolaire peut organiser, en concertation avec l’équipe éducative, des actions de prévention, d’éducation ou de surveillance sanitaire au sein de l’établissement. Elle peut également prendre en charge le contrôle des activités physiques et sportives ou, tout simplement, celui des vaccinations.
Elle doit également aider les enfants en difficulté et assurer l’intégration des élèves handicapés ou atteints d’une maladie chronique… ou même les jeunes pour lesquels les parents ou l’infirmière demandent une attention particulière.
Enfin, cette équipe de médecins, d’infirmiers spécialisés peut aussi former les enseignants aux gestes de premiers secours. Et ce sont eux qui, en cas d’événement spécifique telle une épidémie ou une alerte de santé publique, organisent les dispositifs d’intervention adaptés.
 

Comment cela se passe-t-il ?


Les écoles, collèges, lycées… doivent posséder des locaux pour accueillir le service de médecine scolaire. Ce dernier est assuré par des professionnels de santé spécialisés, autrefois appelés médecins scolaires, et désormais nommés « médecins de l’Éducation nationale ».
Les résultats des rencontres sont annotés sur le dossier médical de l’enfant. Comme pour toute rencontre médicale, le contenu de ce dossier est confidentiel. Les parents peuvent néanmoins le consulter sur demande ou réclamer que ce dossier soit communiqué au médecin traitant.
Dans le cas de maltraitance ou de négligence des parents, le service de médecine scolaire est autorisé à avertir les autorités concernées : services sociaux, police…
À noter également : une ligne téléphonique doit être accessible en permanence dans tous les établissements scolaires afin de pouvoir contacter les services d’urgence.
 

Quelles obligations pour les parents ?


En cas de maladie chronique ou de handicap, le service de médecine scolaire doit être informé. Les médicaments nécessaires au traitement de l’enfant en cas d’urgence doivent également être remis au médecin ou à l’infirmière.
Si votre enfant est atteint d’une maladie contagieuse, vous devez aussi prévenir l’établissement scolaire dès la première demi-journée d’absence. Dans le cas d’une absence supérieure à une durée de trois jours, l’enfant ne pourra revenir en classe que muni d’un certificat médical.


Au 1er janvier 2006, les médecins scolaires inscrits à l’Ordre ne représentaient que 1,33 % des effectifs totaux. Un nombre modeste compte tenu de l’importance de leur rôle… D’autant qu’aucun bilan n’est obligatoire à partir du collège.